Un collectif d’artistes(1).
(1): quelqu'un qui ressent quelque chose


Réalisations
︎Ndokette Session
    (2019-2020)
︎And Session
    (2021-)
︎Expositions
︎Tirages


A propos
Contact

Instagram

EN / FR

© Atelier Ndokette 2022.




And Session (en cours)


and : encensoir en Wolof ; fait référence au piedestal, à ce qui nous constitue
Atelier Ndokette est actuellement en résidence à la Cité Internationale des Arts, accompagné par le fonds de dotation ellipse art project, où nous travaillons dans la continuité de Ndokette Session. Notre premier travail est une série photographique intitulée Ndokette Session (2019).

Cette série est née de notre curiosité pour Ndokette, la robe elle-même. Traversant tant de zones et de régions, cette tunique a reflété une multitude de fonctions et d'histoires.






Ndokette Session presents Ndokette Session présente une appréciation de notre réalité multiple et complexe déjà connue, alors que nous imaginons de nouveaux liens à travers les vêtements et les tissus. C'est ainsi, parfois, qu'elle est fictive, irréelle, surréaliste.

S’inspirer de notre réel pour raconter des rêves.




La collaboration avec les artisans et le travail des tissus ont révélé de nombreux souvenirs et un intérêt plus profond. Nous avons retracé la matière, le savoir-faire, les lieux, les émotions.

Parmi ces objets un tissu en coton tissé à la main très spécifique a attiré notre attention et a résonné en nous. Il est alors devenu la page blanche à travers laquelle nous faisons le lien entre Ndokette Session et la And Session.




Il est connu sous le nom de "rabbal" en wolof ou "sëru njare" ou "leepi" en pulaar.

Le leppi est connu pour son utilisation dans la confection de vêtements et d'accessoires, pour les cérémonies ainsi que pour les moments de rituels et d'échanges entre personnes et familles.

Ayant grandi avec ce tissu, il a toujours été présent autour de nous et nous avons entretenu avec lui une conversation inconsciente. Nous les avons vus être utilisés pour différentes tenues et occasions. Ces matériaux renferment donc leurs propres histoires et souvenirs. Ils constituent les archives et les liens entre les moments et fournissent ainsi des informations sur certains contextes.

Nous voulons donc les approcher de manière à y inscrire nos propres histoires.
En explorant ce que les matériaux recèlent intrinsèquement, nous leur rendons l'attention dont ils ont besoin.








︎installations textiles






YUUXUL (“crie” en wolof)  fait référence par sa forme aux tablettes d’écriture en bois.
Emblème de transmission de savoirs, ces-dernières ont une place centrale dans cette installation.
Ainsi, elles sont marqueurs d’une temporalité qui dépasse les périodicités : les temps ne deviennent plus qu’un.




“Leepi jhedi” ( “tissus en coton tissé en sept bandes" en pulaar) place la peinture comme un moyen primaire d’expérimenter et d’appréhender la matière.

L’idée est de se lancer dans une exploration permettant de découvrir le tissu et de créer de nouveaux rapports avec celui-ci. Les dégradés de couleurs rappellent ce voyage d’univers en univers, sans frontière perceptible, ni de temps et d’ordre dans la transition de la couleur.

Dans cette "session", leppi sera notre support. Un canva déjà chargé de son histoire. L'objectif ici est d'y déposer nos nuances, notre imagination et nos aspirations sans brouiller l'histoire primaire, ce que nous en savons en tout cas.